Masques de protection - le désert industriel français

Au début de notre projet, nous avions souhaité comprendre pourquoi la France n'était pas en mesure de se fournir en masques de protection.

Que cela soit les soignants ou les particuliers, nous avons tous constaté une pénurie qui pour la plupart semblait incompréhensible.

Comment peut-on manquer d'un article aussi simple qu'un bout de papier/plastique ?

L'État, dans la mesure du possible, a temporisé en faisant tout pour que les quantités disponibles n'aillent qu'aux soignants.

Nous avons donc contacté les producteurs français historiques de masques, la réponse fut la même pour tous : nous ne pouvons rien vendre, tout est réquisitionné par l'État (à quel prix ? on ne sait pas exactement).

Nous avons donc souhaité acheter une ligne de production de masques en France ou en Europe. Les délais annoncés dépassaient 8 mois et les coûts rendaient impossible la rentabilisation de l'investissement.

Nous avons donc dû nous tourner vers la Chine, où après un audit en règle nous avons identifié notre fournisseur.

Vinrent ensuite les matières premières ! Là aussi, impossible de trouver les fameux textiles non tissés en France, ni les élastiques autour des oreilles, ni les barres en métal qui permettent d'épouser la forme du nez. Fort heureusement, nous nous y sommes pris très tôt et nous avons réussi à sécuriser l'une des seules sources de matières filtrante en France. Cet unique fournisseur a une production qui correspond à 2% des besoins de notre pays...

Comme le sourcing français de matière filtrante est limité et ne répond pas à nos besoins, nous avons d'abord cherché à acheter le complément en Chine. Or, cette filière présente de nombreux écueils. Tout d'abord le prix de la matière filtrante en Chine fluctue avec la demande internationale, les prix ont été multipliés par 30 depuis le début de l'épidémie. Les délais d'approvisionnement sont longs. Le coût du transport est prohibitif et plein d'incertitudes. Le transport aérien de cette matière plastique (lourde) est un non sens écologique dans la mesure où le plastique est une matière disponible en France en abondance.

Nous avons donc cherché à acheter une ligne de production de matières filtrantes. Ces machines ne peuvent être achetées qu'en Chine...

De plus, la machine produisant la matière filtrante utilise des matières premières spécifiques, un peu techniques. Aucun fournisseur français ne produit cette matière plastique. 

Autre limite constatée, pour tester nos produits, aucun laboratoire français ne permet de réaliser tous les tests nécessaires pour appliquer la norme CE de haute filtration et de résistance aux éclaboussures.

En deux mots, aujourd'hui en France : 

  • Pas de machine de masque
  • Pas de capacité de test de la qualité des masques
  • Pas de production de matière filtrante
  • Pas de machine de production de matière filtrante
  • Pas de matières premières pour produire la matière filtrante

Voilà pourquoi on n'arrive pas à avoir de masque de norme CE...